Quel financement pour le Revenu de Base Inconditionnel ?

Le texte de l’initiative pour un Revenu de Base Inconditionnel ne décrit pas le financement, elle dit juste qu’une loi devra le faire. Ainsi nous devrons juste nous prononcer le 5 juin sur le principe du RBI.

Cependant, il y a de nombreuses personnes qui aimeraient savoir comment il est possible de financer le RBI.

Tout d’abord, il faut clarifier le fait que OUI c’est possible.

Voici donc notre laboratoire d’idée sur le financement du Revenu de Base Inconditionnel. Il existe de nombreuses solutions, qui ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients.

Nous proposons donc des solutions, puis ce sera au parlement et aux citoyens Suisse en dernier recours de choisir la méthode voulue (ou le mixe de méthodes).

Introduction:

Les bonnes méthodes:

Les moins bonnes méthodes:

Les mauvaises méthodes:

Question annexes sur le financement du Revenu de Base Inconditionnel:

 

Les différentes variantes pour implémenter le RBI

Il y a plusieurs variantes pour implémenter concrètement le RBI.

Est-ce que c’est de l’argent en plus pour tous ? .. est-ce que c’est de l’argent en plus seulement pour ceux qui ont moins de CHF 2500.- ?
Qui défend quoi ?
On entend tout et n’importe quoi…
Dans cette vidéo faisons un tour des variantes de RBI qui sont proposées…. et nous verrons les effets qu’elles peuvent avoir.

Notamment la variante « OFAS » que le conseil fédéral a étudiée, il prévoit une catastrophe économique, et nous somme d’accord, pour nous c’est une mauvaise variante, nous n’en voulons pas. Ce n’est pas le principe du RBI qui doit être cumulable, ce que l’OFAS a fait c’est une généralisation de l’aide sociale.

financement du revenu de base inconditionnel

Expérimentez les variantes de RBI avec l’animation ci-dessous:


Au sein de génération RBI, notre préférence va au modèle mixte (n°4 dans le sélecteur) qui mélange plusieurs solutions proposées ci-dessus, et nous n’aimons pas du tout le modèle de l’OFAS (n°2) qui généralise le principe de l’aide sociale avec ses effets de seuil et sa non incitation au travail.

La variante 4, du modèle mixe nous semble la plus juste, elle augmente un peu les revenus de toutes les personnes qui gagnent jusqu’à environ CHF 7000.-. Ceci peut se faire, par exemple, via un modèle comme celui du prélèvement partiel de la VAN des entreprises. Cette méthode incite donc à travailler pour gagner d’avantage d’argent.

Pour les hauts revenus, le revenu de base est tout simplement intégré dans le revenu global. Il devient une composante de celui-ci.

Puis, il nous faut un financement complémentaire. Celui-ci garanti que les working poor, les enfants et les parents au foyer puisse avoir un RBI, tout comme il permet aux bas revenus d’être augmentés sans toucher directement aux hauts revenus.

Nous proposons pour ce financement une micro-taxe de 0.05% sur les paiements électroniques. (50.- sur 100 000.-) Ce qui permet de capter CHF 50 milliards.

L’explication de la micro-taxe sur les paiements électroniques, par le prof de finance Marc Chesney: